2002 Explosion commerciale de Disraeli

2004 Explosion commerciale de Disraeli

2004 Salon du mariage Delta Sherbrooke

2004 La Galerie le Harfang de Weedon

2004 La Maisonnée de St-Fortunat

2005 Exposition collective au carrefour de l’Estrie Sherbrooke

2010 Exposition collective au carrefour de l’Estrie Sherbrooke

2010 Exposition à La Ruée vers Gould

2010 Exposition à la Galerie Le Harfang de Weedon

1995 à 2012 Carrefour de l’Estrie Sherbrooke

2012 Exposition de Bôpic - André-Daniel Drouin - Rousso
(Salle du Parvis, Sherbrooke)
1994 Salon commerciale du Haut Saint-François

1995 Salon des produits de chez-nous East-Angus

1995 Exposition collective au carrefour de l’Estrie Sherbrooke

1996 Première expo solo à l’Auberge La ruée vers Gould

1997 Explosion commerciale de Disraeli

1997 Salon des produits de chez-nous East-Angus

1999 Salon commerciale du Haut Saint-François

1999 Explosion commerciale de Disraëli

1999 Théâtre de la vieille crèmerie

1999 L’auberge La ruée vers Gould

2001 La maison de la culture de Dudswell
Photo de Manon Rousso qui s’intitule :
L’heure du thé.
C’est la photo qui lui a permis de remporter le titre de Photographe de l’année en commercial.
Expositions
Article tiré de la revue PPOC EnVision, 2004
Auteur, M. André Amyot M. Photographe A. MPA, CR.Photog.



Un rendez vous la poésie.


Il faut se rendre à Gould, très petite municipalité de l’Estrie au Québec, population 450, pour y découvrir une forme de poésie visuelle qui est présente non seulement par les magnifiques paysages mais aussi par le travail artistique de Manon Rousso, Maître Photographe Agréé, CPA, photographe de l’année PPOC pour 2004.

Je l’ai fait ce voyage en juin dernier pour assister à une fête champêtre en l’honneur de Manon et pour célébrer avec 200 des siens, la consécration d’une œuvre qui a débuté il y a 26 ans. Manon se singularise par sa joie de vivre, son sourire contagieux. Plusieurs membres du PPOC seront heureux de la connaître et surtout d’admirer la réflexion qui est présente avant même qu’elle ne crée une image.

Selon moi, ce n’est pas la chance qui fait de Manon Rousso, la photographe qu’elle est, c’est une question de choix. Elle a choisi cet environnement, elle a aussi choisie de vivre le moment présent avec toute la sérénité qu’il confère. Elle nous dit : « Nous avons le privilège dans nos vies de créateurs d’images et en tant que portraitistes, d’avoir ce moyen d’expression pour laisser en héritage, une trace de soi-même. Voilà notre mission.

La photographie est une part de la beauté de notre être et de la profondeur de notre âme. Elle est le plaisir de peindre une histoire avec la lumière afin de transmettre notre vécu. » Il est facile d’imaginer la réaction de ses clients qui viennent de partout au Québec pour se faire photographier selon son style bien personnel.

Lorsque les gens l’engagent pour faire leur portrait ou un mariage, ils peuvent s’attendent à obtenir une série d’œuvres originales selon son style particulier. Puisque chaque personne est unique, son art se reflète dans l’individualité de chacune.

Quoiqu’isolé en campagne, Manon n’est pas une femme pour rester seule dans son coin. Elle fait partie de la Corporation des Maîtres Photographes du Québec (CMPQ) et de l’association des photographes Professionnels du Canada (PPOC) car elle croit à la force des regroupements. «Avancer toute seule, c’est plus difficile. Pour moi, les amitiés que j’ai découvertes sont très précieuses».

Ce qui la pousse vers la compétition photo, c’est sa façon de se ré-énergiser, de se dépasser. Une image peut prendre jusqu'à 5 ans avant de se retrouver sur papier. C’est comme une période d’incubation. « Chaque chose en son temps. On ne peut quand même pas changer le courant de la vie! »

Récipiendaire du titre de Photographe de l’année au Québec en 1999, Manon a reçu plusieurs autres récompenses dont un prix Élite de Kodak en 2002. 2004 marque la réalisation d’un de ses rêves; être nommée Photographe de l’Année au Canada. Et vous auriez dû voir l’énergie que Manon a déployé afin de profiter au maximum de ce moment de gloire. Radio, télé, couverture de presse sans précédent pour un photographe; pendant un certain temps, on n’y voyait que Manon Rousso partout dans la grande région de l’Estrie.

Pour compléter ce portrait d’amour et de poésie, on peut voir Manon entouré de Michel, son compagnon de vie, de son fils et de sa fille, tout ce beau monde assis à l’ombre d’un grand chêne. Vraiment, on ne peut que constater que ce titre pour Manon est une récompense à la persévérance et je ne suis pas le seul à dire : Vas-y Manon, tu es sur la bonne voie. Souvenez vous de ce visage illuminé. C’est certainement sa plus grande marque de commerce. C’est pour ça qu’elle est si populaire notre Manon.
Tiré du journal Le Haut Saint-François
par M. Pierre Hébert, avril 1999



Il y a de ces artistes qui quittent la scène publique pour un certain temps et qui reviennent en force quelques années plus tard. C’est l’histoire de la maître photographe de Gould. Contrainte à l’inactivité en raison d’un cancer en 1997, ce fleuron du Haut- Saint-François revient plus forte que jamais, et par la grande porte, en décrochant le titre tant convoité de ses confrères, celui de Photographe de l’année au Québec.

Présentement en rémission, Manon Rousso, a retrouvé toute la fougue et le dynamisme qui l’ont toujours animé et encore plus.
Une véritable dynamo tellement que l’on sent l’énergie qu’elle dégage « Mes deux dernières années ont été difficiles et merveilleuses à la fois. Je me dis surtout n’abandonne jamais, c’est ma prière du matin. »
Tiré du journal Le Reflet,
par l’équipe de rédaction, avril 1999



« Elle nous dit souvent que c’est grâce à la famille, les amis et aux gens de la place qui ont cru en elle et qui lui ont fait confiance dès ses débuts, (car un studio de photo à Gould; pas évident d’y croire), qu’elle est rendue là, dix ans plus tard. Nous, on le savait que tu étais la meilleure ! Maintenant, c’est tout le Québec qui le sait. Nous sommes très fiers de toi ! »
Tiré du Journal de Montréal
par M. Jean-Paul Sylvain, mai 1999



« Il faut surtout faire preuve d’audace et d’imagination et ne pas craindre de faire appel à son entourage. Ses photos, qui semblent surgir de paysages lointains, elle les a concoctées avec ses proches et ses amis et ne doit leur exotisme qu’à ses montages intelligents et imaginatifs. »
Tiré du journal La Tribune
par Mme Maryse Mathieu, novembre 2004


« L’une de ses photos portant le titre « folle ou canadienne » représente un bovin…cette photo est subjugante. Un visage mi-animal, mi-homme. Un clin d’œil lumineux sur l’ombre couvrant le regard vers l’avenir des producteurs de bovins. On sent son respire qui faiblit malgré l’espoir camouflé derrière l’effort. L’effroi d’en mourir malgré l’amour de vivre. Divinement frissonnant, quoi ! »
Témoignage d’un ami cher, mai 2005


« J’ai une grande fierté toute frissonnante d’avoir comme amie une photographe de ta trempe. Toute forte derrière ton appareil et si fragile à coté de tes photos. Toujours, ta certitude côtoie tes doutes. Voilà pourquoi le résultat de tes travaux sont si surprenants, étonnants, saisissants et renversants. C’est ce qui caractérise les artistes. »
Tiré de la revue Photonews
par Mme Suzie Keténé, mai 2005



Avec sa personnalité si lumineuse, c’est facile de comprendre comment les belles expressions des clients qu’elle éternise en photo peuvent être si extraordinaires. La clé est de partager un moment précieux. L’attitude relaxe et aimable de Manon complète le tout pour créer une belle ambiance.
Communiqué de presse Photographes professionnels du Canada


Une deuxième médaille d’or Un doublé canadien exceptionnel
pour Manon Rousso, Maître Photographe Agréée



C’est une première dans l’histoire de l’association des photographes professionnels du Canada – qui compte plus de 900 membres - c'est donc une première pour une femme que de remporter, deux années consécutives, le titre de photographe portraitiste de l’année au Canada. Cet évènement a été réalisé par la québécoise Manon Rousso dont la maîtrise de son art se bonifie – tels les bons vins - au fil des ans.

Trophées et honneurs en main, elle revient tout juste de Calgary, Alberta, où se tenait le congrès national annuel des photographes professionnels du Canada. Fraîchement sortie de son imagination et immortalisée sur papier, sa collection a grandement impressionnée les juges canadiens.

Parmi les quatre œuvres présentées et acceptées aux compétitions, deux d’entre elles se sont classées avec la note d'excellence, dont Le Gouverneur et Parti sans laisser d’adresse. Cette dernière a été sélectionnée afin de faire partie de la collection permanente du Canada durant la prochaine année. Ce magnifique portrait de son conjoint Michel, a été capté aux aurores d'un petit matin d'automne sur la ferme familiale avec son nouvel appareil numérique. C’est sa première photo de compétition à être créée avec cette nouvelle technologie. Tout un changement pour Rousso, elle qui, habituellement utilise son appareil argentique qu'elle traîne dans son baluchon depuis plus de vingt-cinq ans. Le Gouverneur a été réalisé avec une lumière rasante naturelle dans un collège de Sherbrooke. C'est la Nouvelle-France qui a inspirée la création de cette œuvre sacrée aussi d'une note d'excellence.

Cet exploit national s'ajoute à celui accompli il y a à peine un mois. En effet, en mars dernier, à Montréal, Rousso a remporté le titre de photographe de l'année 2005 en portrait, lors du congrès de la Corporation des Maîtres Photographes du Québec. L'artiste, habituée aux honneurs, a déjà obtenu ce prix prestigieux en 1999. Encore une fois, Manon Rousso, a su utiliser sa sensibilité afin de créer une collection forte et digne des plus grands.


Source et référence :
M.André Amyot M. Photographe A. MPA , CR.Photog
450.548.2004
andre@photocoach.com
Félicitations à une grande ambassadrice
Manon Rousso se démarque

par l’équipe du Reflet du canton de Lingwick - 2009



De retour de son congrès annuel provincial, Manon Rousso a atteint, cette fois-ci,
la finale pour le titre « photographe de l'année en commercial ». Mais elle doit se
satisfaire d'une bonne deuxième place. L'image sur la page couverture (que vous
retrouvez sur cette page sans qu’elle soit en partie cachée) s'est mérité le trophée
dans la catégorie portrait commercial, et a reçu le grand prix Élite de Kodak Canada,
pour ses qualités techniques et picturales.

Cette image a été prise en février 2009, au salon de thé de la maison Upland de
Lennoxville. La cliente, qui est designer, désirait faire photographier une collection
de vêtements et chapeaux qu'elle fabrique pour des pièces théâtrales. Suite aux
magnifiques prises de vues, cette photo s'est élevée pour se rendre en compétition.

Les modèles sont des gens de Sherbrooke. Manon Rousso peut porter fièrement son
titre de Maître Photographe Émérite depuis 2007; elle a été Photographe de l’année
en 1999 et 2005, au Québec, puis Photographe de l'année 2004 et 2005, au Canada.
Journaux


Manon Rousso remercie sincèrement tous les journaux
de leur précieuse collaboration tout au long de sa carrière.


De nombreux grands reportages dans les journaux depuis 1989 :
Le journal Le Reflet, Le journal le Haut Saint-François,
La tribune, Le journal de Sherbrooke, The Record, Le journal de Montréal, Voir.

Des articles prestigieux dans :
Revue Image CMPQ, Revue Kodak, Revue Photonews,
Revue enVision PPOC et Le livre du 150e canton de Lingwick.


En voici quelques-uns...